Le blog de rose de mai

La vie est trop précieuse pour la perdre à cause des notions sociétales

Hier une amie me disait au téléphone : « Je n’ai jamais osé dire non à ma famille. J’ai toujours accepté leurs idées, m’y pliant par obéissance. Et de ce fait, j’ai raté ma vie. Aujourd’hui j’ai un choix à faire et je sais qu’une fois de plus j’ai peur de déplaire… ». Quel dur constat… Vu ainsi, sans vraiment réfléchir, on pourrait se dire que l’échec est cuisant.

Oui cette amie est en échec et pour elle sa vie est, jusqu’à aujourd’hui loin d’être son choix.

Cette conversation m’a donné à réfléchir. Pourquoi n’ose-t-on pas vivre ce que l’on est ? Pourquoi ne nous donnons-nous pas les moyens de réussir ce que nous sommes et non ce que veut la société ?

La vie nous réserve souvent bien des surprises et nous n’avons pas toujours, par peur du qu’en dira t-on ou simplement par éducation, la force de les accepter. Nous passons ainsi sur des opportunités qui sans aucun doute, nous permettraient de vivre autre chose… ce que nous rêvions.

Notre éducation est, dès notre plus jeune âge de « rentrer dans le moule » et toute incartade est sévèrement réprimandée par des « que va-t-on faire de toi », « tu veux finir mal », etc. Alors chacun, même s’il rechigne se plie à ces normes inventées par une société qui est la première à ne rien respecter.

Or nous pouvons très bien vivre dans la société tout en étant et restant soi-même. La vie dans cette société exige des efforts de chacun, donc de nous aussi… Mais se plier à toutes ces exigences est impossible, impensable.

J’ai envie de m’habiller en vert aujourd’hui alors que la mode est plutôt noire… Beaucoup de personnes me donneront leur avis, critiques éclairées qui seront tous différents. Alors que ferai-je ? Vais-me me changer à chaque avis ou alors vais-je simplement écouter (ou non) et faire ce que j’ai envie ?

Apprenons à vivre dans cette société avec nos propres valeurs. Osons enfin dire à l’autre de nous laisser faire nos propres cheminements, au risque parfois de se prendre une bonne claque. Qu’importe, elle nous sera obligatoirement profitable.

N’oublions jamais que la vie n’a pas de prix… Qu’elle est fragile, courte et surtout qu’elle nous est donnée pour nous aider à grandir… Peut-on grandir en n’étant pas soi ?

Vivre en ce que nous sommes, oser être ce que l’on est et surtout ne rien vouloir de plus… Vivre tout simplement. Vivons ce que nous donne chaque seconde comme un cadeau et comme nous en avons envie… La société finira bien par s’accommoder de nous !

 

 

Yvonne Drevet

 

 

 

 

 

Published by rose de mai -

commentaires

germaine cartro 20/10/2013 13:04

Il est parfois si tard quand on réalise que l'on a complètement raté sa vie ! Ce n'est pas notre faute, ce n'est pas la faute de notre famille, si nous avons notre propre personnalité ; tout petits il nous faut apprendre, apprendre n'importe quoi, à n'importe quel prix ! Ensuite mal assurés ce sont les études plus ou moins bien assimilées quand on a la chance de pouvoir les poursuivre (et de les rattraper), ensuite un mari, des enfants auxquels on doit conserver un père et pour finir le fiasco ! J'ai soixante quinze ans et comment finirais-je ? je ne le sais pas, mais pour l'instant je me débrouille et fais enfin ce que j'entends (sans faire de mal à quiconque !) ceci est à souligner, car tant de gens se "vengent" du mauvais chemin qu'on leur a fait parcourir... Cependant rien n'est vain ; nous ne faisons que parcourir une vaste trajectoire qui ne s'arrête jamais...!

dame blanche 20/10/2013 07:39

Certes, dire NON, quelle tentation ! Et quel confort d'oser, de vivre enfin SA vie.... Mais se demande-t-on ce qui reste à faire à ceux qui restent et sont contraints alors dire OUI, plus de OUI parce qu'ils ne seront plus partagés ? Je crois qu'il faut aussi penser comme le dit LN à ne jamais "faire de mal à autrui".... Et ça, c'est une autre histoire !!! Trop souvent hélas...

yvonne 20/10/2013 09:00

Ne jamais faire de mal à personne, tout à fait d'accord Dame Blanche. Mais le fait de savoir dire non ne permet-il pas à chacun d'oser être soi, tout simplement. Ne permet-il pas à l'autre d'avancer lui aussi car chacun alors sera sur "sa voie" ?
Est-il si confortable de dire non, n'est-ce pas l'inverse ? Dire oui à tout, accepter ce que nous ne voulons pas n'entraine-t-il pas de sérieux dysfonctionnement en l'être car alors il 'est plus en accord avec lui-même... Dire oui si l'on en a envie, oser dire non si l'on en a envie....

Johanne HB 19/10/2013 06:14

Chère Yvonne,

J'ai eu cette chance d'être née "rebelle"... Aussi dire savoir dire "non" à ce qui ne me convient pas, même parfois aux amis, ou juste pour ne pas rentrer dans le moule et ne pas être un mouton de Panurge, fait partie de moi. Ainsi je compatis pour celles er ceux qui ne savent pas et sont malheureux de ce fait. Mais cela s'append et il n'est jamais trop tard. Et pourtant tu sais bien toi que je suis quelqu'un qui sait dire "Oui" ! Je t'embrasse. Passe un bon WE.

Nicole 18/10/2013 17:47

Il faut un sacré mental, pour échapper à cette règle! Mais on peut y arriver avec de l'assurance de la volonté et une certaine philosophie de la vie

LN 17/10/2013 11:41

Oh comme tu as raison chère Yvonne! Combien de fois ai-je été critiquée, ridiculisée, reprochée, CONSEILLEE, pour en fin de compte être acceptée comme je suis...
Ne pas être en compétition avec les autres, ne pas être quelqu'un d'autre que soi, ETRE LIBRE mais sans jamais faire de mal à autrui. N'être pas de même goût, de même pensée ne fait de mal à personne, il y a place pour chacun de nous du moment que nos actes ne blessent pas.Parfois même oser être différent c'est libérer quelqu'un d'autre...
OSEZ ETRE VOUS-MÊMES.
C'est parfois difficile quand on a des enfants à élever, car on craint de les mettre en marge avec nous. On peut tout de même souvent s'arranger pour se faire accepter discrètement.
Mais vive l'âge où nous n'avons plus cette responsabilité et profitons en!!!
Bisous...LN

Le blog de rose de mai

Des mots peints sur le chemin de ma vie. Des peintures écrites sur la vie en chemin...

Hébergé par Overblog